Mick Jagger confiné en France

Par défaut

Confiné dans son château en Touraine, Mick Jagger a pris part à un parodie très drôle pour le Late Show de Jimmy Fallon. Dans un faux journal télévisé de la BBC qui couvre la pandémie de coronavirus, on y retrouve le chanteur des Rolling Stones dans le château de Fourchette en train de profiter du confinement, à gratter sa guitare paisiblement. Un passe-temps beaucoup trop feignant au goût du reporter, qui commente les images d’une voix désuète.

Ce dernier l’incite alors à « faire quelque chose d’utile » chez lui au lieu de glander. On voit ainsi Mick Jagger faire les travaux d’entretien de sa maison, réparer le moteur de sa voiture, faire la cuisine et le jardinage, sortir les moutons, et même faire sa gym. Autant d’activités pour rendre un confinement plus agréable. « Même le chat est impressionné avec un travail bien fait« , félicite le reporter pendant que Mick lit La Nouvelle République.

Kids In America repris par le chanteur de Green day

Par défaut

La reprise de Billie Joe Armstrong met à l’honneur la chanteuse anglaise populaire des 80’s, Kim Wilde.

« Cette session « No Fun Monday » est dédicacée au seul et unique Mike Dirnt, bassiste de Green Day.

Bon anniversaire ! » a-t-il écrit en commentaire de la vidéo. « Mettez-la à fond pour lui : « We’re The Kids In America », à l’origine par Kim Wilde et enregistrée plus tard par The Muffs. »

Le meilleur de Son Little est dans Aloha

Par défaut

Salut les Newspopers and Popeuses. En ces temps inédits et tourmentés de confinement, il est important d’écouter des choses enthousiasmantes et qui nous donne le sourire. Force est de constater que les nouveautés du moment ne se classent pas dans l’une de ces deux catégories. Aussi je vous propose de ré-écouter et re-découvir le magnifique, l’enthousiasmant et et réconfortant album Aloha de Son Little.

Dès la première écoute, je suis tombé sous le charme de cette soul distinguée et envoûtante.

Mais qui est Son Litle ? Petit tour du côté de Wikipédia. Son vrai nom est Aaron Livingston. C’est un musicien américain de rythm’blues né à Los Angeles en Californie. Son père était un pasteur saxophoniste avec lequel il voyagera à travers les Etats-Unis ce qui a fortement influencé sa musique. Beaucoup de critiques et de spécialistes disent que ces voyages ont permis à Aaron Livingston d’acquérir une large palette de compétences musicales et de jouer tous les styles, soul, rythm’blues, hip-hop, pop, etc…

Son Little débute sa carrière en tant que guitariste et écrit notamment pour Mavis Staple (tout de même) !

Ce sont les membres du groupe de rap The Roots avec qui il s’est lié d’amitié qui l’encouragent à chanter. En 2014, il sort un 1er EP très remarqué intitulé Things I Forgot sous le label Anti Records.

Un an plus tard, Livingston sort son premier album éponyme complet sous le même label musical.

Aloha est le troisième album de Son Little. Il a été enregistré à Paris au Studio Ferber et est produit par Renaud Letang. Renaud Letang a travaillé pendant toutes les années 1990 en tant qu’ingénieur du son pour les concerts de Jean-Michel Jarre, a produit l’ album C’est déjà ça d’Alain Souchon et a gagné en 1996 La Victoire de La Musique pour le meilleur son sur l’album Défoule Sentimentale, album live de Souchon sorti en 1995.

La petite histoire retiendra que Son Little a perdu toute ses maquettes de l’album Aloha à cause du crash de son disque dur. Il a du tout remettre à plat et repartir à zéro. Pour ce faire, il a retravaillé tous les morceaux à Petaluma au Nord de Los Angeles.

Comme évoqué en introduction de mon propos, avec Aloha, Son Little montre tout son talent et la variété de ses styles. On y retrouve un savant mélange de soul, de blues et de funk. Ça sent bon les années cinquante tout au long de ce lumineux album.

Aloha, le nouvel album de Son Little, est disponible dans les bacs. Retrouvez toutes les dates de sa tournée sur son site interne ici

Jean-Louis Murat, si je m’attendais !

Par défaut

Je viens d’écouter le dernier single de Jean-Louis Murat. Si je m’attendais est tout sauf une surprise. Jean-Louis Bergheaud (vrai patronyme de Murat) nous offre un très beau single en guise de mise en bouche avant l’arrivée de Baby Love nouvel album annoncé le 06 mars prochain.

Ecoutez ici Si je m’attendais

Myopia, album introspectif d’Agnès Obel

Par défaut

Agnès Obel signe son 4ème album intitulé Myopia. Ce nouvel album est ue nouvelle étape pour cette danoise de 40 ans. Les trois premiers albums d’Obel sont sortis chez PIAS, mais elle est maintenant « ravie » d’avoir signé chez le premier label de musique classique au monde, Deutsche Grammophon. Lors d’un récent voyage aux Capitol Studios, à Los Angeles, elle a été stupéfaite par les photos de musiciens célèbres qui y ont enregistré au fil des ans (Myopia sort sur le label américain Blue Note, propriété de Capitol).

Pourtant Agnès Obel ne se considère pas comme une artiste classique, mais elle a eu l’occasion de rencontrer le Directeur Artistique de Deutsche Grammophon avec lequel elle s’est très bien entendue et s’est sentie la bienvenue.

Agnès Obel considère la musique comme un atelier d’introspection. Dans son album précédent Citizen of Glass, elle a travaillé sur la perspective et la perception. Dans Myopia, elle explique comment son esprit peut lui jouer des tours et comment celui-ci peut être son meilleur ami comme son pire ennemi. Myopia est la poursuite de cette analyse plus introspective, plus personnelle débutée sur Citizen Of Glass son précédent album. Agnès Obel prend conscience ici de sa propre distorsion de la réalité.

« C’est bien d’enquêter sur la façon dont l’esprit vous joue des tours – cela peut être apaisant », dit-elle. « Votre esprit est un catalyseur, jamais neutre. Il est coloré par tous vos souvenirs et les substances chimiques de votre cerveau. Se promener en pensant que votre expérience de la vie est neutre est le fondement de nombreuses erreurs ».

Myopia a été réalisé dans son home studio à Berlin. Elle travaille seule, aimant se retrouver isolée dans sa bulle; cette solitude lui paraît nécessaire.

Les collaborations directes sont difficiles pour elle : « Ça n’a jamais vraiment marché pour moi. C’est trop éloigné de ce que sont mes chansons ». Mais dès qu’Obel trouve un collaborateur en qui elle a confiance, elle s’y tient. Reprenant son rôle à travers ses trois premiers albums, Martin Englert a maîtrisé Myopia. « Je lui fais confiance maintenant parce qu’il a un merveilleux studio analogique et qu’il me connaît aussi – il corrige même les fréquences [pour moi] », dit Obel.

En fin de compte, Obel voit sa prédilection pour le travail en solo comme une aventure dans sa « petite grotte ». « Je veux me rapprocher des expériences que j’ai vécues », dit-elle. « J’aime quand les musiciens font aussi des recherches et qu’ils les intègrent dans le processus d’écriture. Je dois faire confiance à mon intuition. Et sa grotte est vraiment son premier amour : si elle est obligée de choisir entre le spectacle et l’enregistrement, elle préfère faire des albums. Malgré cela, Obel est consciente de sa présence sur scène.

La pochette de l’album correspond à l’atmosphère du disque. le visage d’agnès Obel apparaît en clair-obscure, éthéré, les yeux perdus dans les songes. L’image est floue, légèrement bleutée. Le bleu est la couleur dominante de la pochette. Toutes les images semblent avoir été photographiées à travers un filtre bleu issu d’un écran télé.

Myopia est une invitation au voyage enchanteur vers des contrées imaginaires. Le temps semble suspendu, les voix sont cristallines, le piano et les mélodies féériques. La musique y est douce, gracieuse, aérienne. Agnès Obel nous fait une démonstration de son talent, de son art délicat et de sa présence unique.

Toutes les infos sur la tournée d’Agnès Obel sont dispos ici

https://www.agnesobel.com

Eric Laforge

Par défaut

Grande tristesse ce matin en apprenant la disparition d’Eric Laforge , animateur sur Classic 21. Il y a des voix qui font partie de vos matins. Celle-ci va beaucoup me manquer.

Noir Désir, un unplugged « Débranché »

Par défaut

Noir Désir aura son « unplugged »: un album live acoustique baptisé Débranché sortira le 24 janvier. Ce double album, qui sera publié en vinyle avec un 33 tours et un maxi 45 tours, contient des enregistrements inédits datés 1997 et 2002.

Le premier disque contient un enregistrement effectué à Milan en 2002 pour la radio italienne lors de la tournée Des visages des figures. Le groupe de rock bordelais y revisite sept titres en acoustique : Si rien ne bouge, Le vent nous portera, L’homme pressé, Des visages des figures, Les écorchés, À l’envers à l’endroit, Song for JLP.

Le titre « A l’envers à l’endroit » est à découvrir ici

Le second disque, a été enregistré en 1997 à Buenos Aires pour l’émission de télé argentine Much Electric, durant la tournée 666 667 Club. Le groupe avait interprété 4 titres arrangés spécialement pour l’occasion : Un jour en France, Fin de siècle, À l’envers à l’endroit, Song for JLP. 

David Bowie – I Can’t Read

Par défaut

l’EP acoustique Is It Ant Wonder? à paraître en février 2020 dévoile une nouvelle pépite de David Bowie : une version guitare/voix (et basse) du morceau “I Can’t Read”à, découvrir ici

Ce titre qui apparaissait à l’origine sur le premier album du groupe Tin Machine, en 1989. fut ré-enregistrée en solo en 1996, lors des sessions studio qui finiront par donner Earthling, paru l’année suivante.