Myopia, album introspectif d’Agnès Obel

Par défaut

Agnès Obel signe son 4ème album intitulé Myopia. Ce nouvel album est ue nouvelle étape pour cette danoise de 40 ans. Les trois premiers albums d’Obel sont sortis chez PIAS, mais elle est maintenant « ravie » d’avoir signé chez le premier label de musique classique au monde, Deutsche Grammophon. Lors d’un récent voyage aux Capitol Studios, à Los Angeles, elle a été stupéfaite par les photos de musiciens célèbres qui y ont enregistré au fil des ans (Myopia sort sur le label américain Blue Note, propriété de Capitol).

Pourtant Agnès Obel ne se considère pas comme une artiste classique, mais elle a eu l’occasion de rencontrer le Directeur Artistique de Deutsche Grammophon avec lequel elle s’est très bien entendue et s’est sentie la bienvenue.

Agnès Obel considère la musique comme un atelier d’introspection. Dans son album précédent Citizen of Glass, elle a travaillé sur la perspective et la perception. Dans Myopia, elle explique comment son esprit peut lui jouer des tours et comment celui-ci peut être son meilleur ami comme son pire ennemi. Myopia est la poursuite de cette analyse plus introspective, plus personnelle débutée sur Citizen Of Glass son précédent album. Agnès Obel prend conscience ici de sa propre distorsion de la réalité.

« C’est bien d’enquêter sur la façon dont l’esprit vous joue des tours – cela peut être apaisant », dit-elle. « Votre esprit est un catalyseur, jamais neutre. Il est coloré par tous vos souvenirs et les substances chimiques de votre cerveau. Se promener en pensant que votre expérience de la vie est neutre est le fondement de nombreuses erreurs ».

Myopia a été réalisé dans son home studio à Berlin. Elle travaille seule, aimant se retrouver isolée dans sa bulle; cette solitude lui paraît nécessaire.

Les collaborations directes sont difficiles pour elle : « Ça n’a jamais vraiment marché pour moi. C’est trop éloigné de ce que sont mes chansons ». Mais dès qu’Obel trouve un collaborateur en qui elle a confiance, elle s’y tient. Reprenant son rôle à travers ses trois premiers albums, Martin Englert a maîtrisé Myopia. « Je lui fais confiance maintenant parce qu’il a un merveilleux studio analogique et qu’il me connaît aussi – il corrige même les fréquences [pour moi] », dit Obel.

En fin de compte, Obel voit sa prédilection pour le travail en solo comme une aventure dans sa « petite grotte ». « Je veux me rapprocher des expériences que j’ai vécues », dit-elle. « J’aime quand les musiciens font aussi des recherches et qu’ils les intègrent dans le processus d’écriture. Je dois faire confiance à mon intuition. Et sa grotte est vraiment son premier amour : si elle est obligée de choisir entre le spectacle et l’enregistrement, elle préfère faire des albums. Malgré cela, Obel est consciente de sa présence sur scène.

La pochette de l’album correspond à l’atmosphère du disque. le visage d’agnès Obel apparaît en clair-obscure, éthéré, les yeux perdus dans les songes. L’image est floue, légèrement bleutée. Le bleu est la couleur dominante de la pochette. Toutes les images semblent avoir été photographiées à travers un filtre bleu issu d’un écran télé.

Myopia est une invitation au voyage enchanteur vers des contrées imaginaires. Le temps semble suspendu, les voix sont cristallines, le piano et les mélodies féériques. La musique y est douce, gracieuse, aérienne. Agnès Obel nous fait une démonstration de son talent, de son art délicat et de sa présence unique.

Toutes les infos sur la tournée d’Agnès Obel sont dispos ici

https://www.agnesobel.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s